Contenus en ligne
Le blog du Contenu Digital.

Pourquoi le contenu ROI en 2013 ?

Par Severine GHYS | @Sevy_SEO / Google+Vendredi 6 septembre 2013

Y a t il une recette magique pour que le contenu marche bien et soit « roi » (aux 2 sens du termes : roi et R.O.I) ? Cette digitalisation de la marque est-elle une opportunité ou un risque pour la marque ? Retour sur les causes de cette digitalisation et ses effets sur les codes du webmarketing et de la communication.

La digitalisation de la communication

L’évolution du marketing et des codes de communication est la première responsable de cette évolution vers le contenu ROI.  On assiste à une transformation de la communication, de la publicité unilatérale (de la marque vers le consommateur) vers une communication directe avec le consommateur. Le consommateur est aussi un internaute, qui sait très bien se renseigner sur un produit et comparer avec d’autres, il a également le pouvoir de  s’exprimer, et de monter en expertise sur un sujet pour vérifier l’information publiée par les marques.

Le WEB 2.0 offre  un espace d’expression ouvert qui donne la parole aux consommateurs. La marque doit donc veiller à véhiculer une information vraie, transparente,  en répondant aux consommateurs qui l’interpellent via les réseaux sociaux, et en acceptant parfois l’erreur pour ménager sa e-réputation. L’humilité n’était pas le fort des marques jusqu’à présent, elle le devient de fait, avec les réseaux sociaux.

L’emergence de la « marque média »

La bonne nouvelle pour les marques est qu’elles se passent des médias traditionnels (du moins n’en sont-elles plus dépendantes). Les marques sont directement visibles sur internet et communiquent non plus uniquement via leur site web, mais aussi au travers des réseaux sociaux, des vidéos de youtube, des tweets sur Twitter, des posts sur Facebook et auprès de ses cercles sur Google+.

 

Du search au search social…

Autre changement de taille : la recherche de marque sur Google ne repose plus uniquement sur le SEO et la longue traîne, et donc sur les mots clés, mais sur un ensemble d’autres critères dont le critère clé du partage. La suroptimisation des contenus des pages a en effet entrainé un durcissement des moteurs envers les SEO. Google a en même temps compris et saisi l’opportunité de proposer des mots clés non plus gratuits mais payants, plutôt que se contenter de classer les pages en référencement naturel.

Panda et Pengouin, les 2 révolutions de l’algorithme de Google en 2011 et 2012 ont profondément changé les conditions du référencement naturel. La suroptimisation des pages avec de faux contenus, l’abus d’échanges de liens et de backlinks a entrainé une véritable chasse aux mauvais contenus.  Les black hats, c’est à dire les mauvais SEO, sont désormais trackés pour ne pas avoir suivi les guidelines de Google. Pénalité : un déclassement du site. Véritable sanction pour les marques qui misaient uniquement sur le référencement naturel…

 

La révolution des réseaux sociaux

Avant les réseaux sociaux, la grande majorité les internautes cherchaient l’info via un moteur de recherche, Google en tête. Maintenant, les internautes ouvrent leur page facebook, Feedly, Reader, Yoono ou autre outil de veille sur internet. Ils vérifient chaque matin ce que leur communauté leur a apporté comme information. Le partage de l’information est devenu maitre du jeu .

En conclusion, aujourd’hui un contenu ne doit pas seulement être vu, lu, mais aussi partagé, retwitté, linké, publié sur Google+
Les signaux sociaux, le « search social » se conjugue ainsi avec le search tout court, lié aux mots clés et désormais insuffisant pour être visible sur le web.  Pour être viral et faire le buzz, on doit être original, intéressant ou drôle. Avoir quelque chose à dire avec un contenu de qualité c’est à dire un contenu ciblé, qui plait à votre audience.

Bonne nouvelle pour nous, professionnels du contenu digital, car le contenu reste au cœur de tout ce bouleversement !
Séverine Ghys.

severine-ghys-webredacteurs-4

Suivez-moi sur Google+ et Twitter Sevy_SEO